UN Report Confirms Prevalence of War Economy in Central African Republic

 
MINUSCA peacekeepers in PK5, Bangui. May 2015.

Pour la version francaise, voir ci-dessous

In its final report for 2016 released in December, the U.N. Security Council’s Panel of Experts on the Central African Republic (CAR) confirmed that the trafficking of arms and natural resources continues to be central in the perpetuation of violence in the country.

Recent fratricidal fighting between ex-Séléka armed factions has been motivated by a competition over the control of revenues sources, mainly diamonds and gold, and the control of strategic roads. Panel coordinator Ruben de Koning, indicated that “highly lucrative ventures enable FPRC to maintain confrontational posture vis-à-vis the government.” Despite repeated warnings that reveal the economic motives behind the violence, CAR’s government and the international community have not taken appropriate measures.

Trafficking of arms and natural resources by armed groups

Since August 2016, violence has grown more severe and widespread in CAR. The Panel observed that the renewed violence within ex-Séléka factions and between Anti-Balaka and ex-Séléka appeared to be localized and largely driven by internal power struggles and competition over control of territory.

State authorities have been continuously challenged by the various armed factions, particularly the Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC), Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC), Rassemblement Patriotique pour le Renouveau de la Centrafrique (RPRC), Union pour la Paix en Centrafrique (UPC), and Retour, Réclamation et Rehabilitation (3R). These armed groups have set up a de facto authority and a parallel administration extorting the population, detaining people illegally, levying taxes, and imposing curfews and checkpoints. The UPC controls arms trafficking routes coming in to the country from the Democratic Republic of the Congo and the FPRC controls routes coming in from Chad and Sudan. In CAR’s eastern region, the Lord’s Resistance Army has continued “the looting of gold, diamonds and money and the poaching of elephants for their ivory.”

In areas controlled by Anti-Balaka, particularly in the eastern part of the capital Bangui, militias have maintained illegal checkpoints in order to tax fishers and traditional boats transporting goods and passengers on the Oubangui River. The Panel noted that “such illegal taxation drives up the prices of goods and is associated with physical assaults on, and the torture and raping of, passengers.” In CAR’s west, “…[A]nti-[B]alaka members seek to extort money from (Muslim) returnees by imposing their services as security providers.”

Leaders of armed groups’ business deals

Former President Michel Djotodia’s business interests in Bangui: In its 2015 final report, the Panel cited the role of Mahamat Nour Binyamine, reportedly in charge of collecting rent for buildings and houses owned by former President Djotodia, who was president of FPRC until the recent ex-Séléka General Assembly in Bria. In July 2016, Binyamine reportedly brokered the sale of a plot of land in Bangui belonging to Djotodia to a private contractor. On August 29, the contractor wired a total of FCFA 25 million ($50,000) to Binyamine’s account. The Panel noted that “Djotodia’s assets in the United States have, however, been frozen since 13 May 2014, when he was sanctioned by the United States, and Binyamine, as an American resident, could be transacting or holding funds on behalf of Djotodia in the United States.”

Abdoulaye Hissene’s gold business: The Panel revealed that Abdoulaye Hissene, one of the key leaders of the FPRC and former collector of diamonds and gold, resumed his business activities when he was Minister Councilor on Youth and Sports under former President Catherine Samba Panza. In September 2014, Hissene reportedly concluded a sale and purchase agreement with an Indian investor for 300 kilograms (661 pounds) of gold for a total of $9.9 million. The Panel stated that it had no evidence that the gold was delivered but it highlighted that “Hissene had no mineral export license, either as a cooperative or a buying house, and did not declare taking out the sample for assaying.”

An Anti-Balaka leader’s artisanal mining license: Nice Demowance, who remains under the command of Maxim Mokom, a prominent Anti-Balaka leader, renewed his artisanal mining license. The Panel noted that Demowance is still in command in the Amada Gaza sub-prefecture “where combat between [A]nti-[B]alaka and armed Fulani continues, including over mine sites.”

Licit and illicit diamond trade

In September 2016, the Kimberley Process (KP) declared the sub-prefectures of Boda, Carnot, and Nola to be compliant zones. The KP considered there to be sufficient presence of state authority, free movement of people and goods, and no systematic presence of armed groups. Since the decision to partially lift the suspension of diamonds exports, three parcels have been exported, originating from mine sites within the sub-prefecture of Berberati, which was the first to be declared compliant in March 2016.

The illicit diamond trade, however, has continued to flourish. Cameroon continues to be the main diamond trading hub for trafficked diamonds from CAR’s western region. From areas controlled by armed groups in the east like Bria, hardly any stone officially reaches the export companies in Bangui. Yet, many dealers are registered here, selling some diamonds to each other to appear legitimate but taking or selling the larger share fraudulently abroad. The Panel recommends their licenses be withdrawn because this practice goes against the mining code.

Oil exploration

In its 2016 mid-term report, the Panel revealed a financial deal between a company called FIT Protection (FIT-P) and the armed group MPC. FIT-P has allegedly been recruiting ex-Séléka security agents to protect investment and oil exploration undertaken by the Chinese company, PTIAL International Petroleum. De Koning has said that, “This company engaged FPRC leaders, who are still part of the rebellion, and diverted wages from guards hired from their ranks.” He further states that “while President Touadera has in the media questioned the security arrangement, the current defense minister is yet to revoke the company’s authorization to carry arms his predecessor issued in April last year.”

Economic predation is at the heart of the system of permanent instability in CAR. The free circulation of arms and ammunitions has allowed all sorts of trafficking and fueled tensions and competition between armed groups. Leaders of armed groups can also conduct business deals in total impunity. Recognizing economic predation as a key motive for the violence is crucial.

  • Click here to read the full U.N. Panel of Experts report.
     
  • Click here to read about the U.N. Panel of Experts August 2016 report.
     
  • Click here to read Enough’s report, “The Bangui Carousel: How the recycling of political elites reinforces instability and violence in the Central African Republic.”


 

Un Rapport d’Enquête des Nations Unies confirme la Prévalence d’une Economie de Guerre en République Centrafricaine

Dans son rapport final publié en décembre dernier, le Panel d’Experts des Nations Unies sur la République Centrafricaine (RCA) confirme que les trafics d’armes et de ressources naturelles continuent de jouer un rôle central dans la perpétuation de la violence en Centrafrique. 

Les récentes luttes fratricides entre les factions issues de la Coalition Séléka ont été motivées par une compétition pour le contrôle des revenus issus des ressources naturelles tels que l’or et le diamant et le contrôle des axes stratégiques. Le coordonnateur du Panel d’Experts, Ruben de Koning, a indiqué que : « Des compagnies très lucratives permettent au FPRC de maintenir une posture de confrontation vis-à-vis du gouvernement ». Malgré les différents avertissements qui révèlent les motivations économiques derrière la violence, le gouvernement de la RCA et la communauté internationale n'ont toujours pas pris les mesures appropriées.

Le trafic des armes et des ressources naturelles par les groupes armés

Depuis août 2016, la violence est devenue plus aiguë et plus répandue partout sur le territoire. Le Panel observe que les récentes violences entre les factions issues de la Séléka et entre Anti-Balaka et Séléka semblaient être localisées et en grande partie motivées par des luttes de pouvoir internes et la concurrence pour le contrôle du territoire.

L’autorité de l’Etat a constamment été défiée par les différentes factions rebelles, en particulier par le Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC), le Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC), le Rassemblement Patriotique pour le Renouveau de la Centrafrique (RPRC), l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) et le groupe ‘Retour, Réclamation, Réhabilitation’ (3R). Ces groupes armés ont mis en place une autorité de fait et une administration parallèle en extorquant la population, en détenant des personnes illégalement, en imposant des taxes, des couvre-feux et des barrières de contrôle. L'UPC contrôle les itinéraires de trafic d'armes entrant dans le pays en provenance de la République démocratique du Congo et le FPRC contrôle les routes venant du Tchad et du Soudan. Dans la région de l’est de la RCA, l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) a poursuivi « le pillage de l’or, du diamant et le braconnage des éléphants pour l’ivoire ».

Dans les régions contrôlées par les anti-balaka, particulièrement dans la partie est de la capitale Bangui, les milices ont maintenu des points de contrôle illégaux afin de taxer les pêcheurs et les bateaux transportant des marchandises et des passagers sur la rivière Oubangui. Le Panel a noté que « de telles taxes illégales font monter les prix des marchandises et sont associées à des agressions physiques, des actes de torture et des viols de passagers ». Dans l'ouest du pays, « les anti-balaka extorquent de l'argent à des musulmans qui souhaitent revenir de leur exile en leur imposant des services de sécurité ».

Le business des leaders des groupes armés

Les business de l'ancien président Michel Djotodia à Bangui: Dans son rapport final de 2015, le Panel a cité le rôle de Mahamat Nour Binyamine qui est chargé de percevoir les loyer des immeubles et des maisons appartenant à Michel Djotodia, qui fut président du FPRC jusqu'en octobre 2016. En juillet 2016, Binyamine a négocié la vente d'un terrain à Bangui appartenant à Djotodia à un entrepreneur privé. Le 29 août, l'entrepreneur a envoyé un montant de 25 millions de FCFA (50 000 $) au compte de Binyamine. Le Panel a noté que « Les États-Unis ont gelés les avoirs de Djotodia depuis le 13 mai 2014, et Binyamine, en tant que résidant américain, pourrait bien faire des transactions ou détenir des fonds appartenant à Djotodia aux USA », en violation du régime de sanction.

Le business de l’or d’Abdoulaye Hissène: le Panel a révélé que Abdoulaye Hissène, l’un des principaux leaders du FPRC et ancien collecteur de diamants et d'or, a repris ses activités commerciales alors qu'il était Conseiller Ministre de la Jeunesse et des Sports sous l'ancienne présidence de Catherine Samba Panza. En septembre 2014, Hissène aurait conclu un contrat de vente avec un investisseur indien pour 300 kilogrammes d'or pour un montant total de 9,9 millions de dollars. Le Panel mentionne n’avoir pas de preuve de la livraison, mais il a souligné que « Hissène n'avait pas d’autorisation d'exportation de minerais - ni en tant que coopérative, ni en tant que maison d'achat ».

La licence artisanale d'un chef anti-Balaka: Nice Demowance, qui demeure sous le commandement de Maxime Mokom, un des chefs notoires des anti-Balaka, a renouvelé sa licence d'exploitation artisanale. Le Panel note que Demowance est toujours le commandant anti-balaka dans la sous-préfecture d'Amada Gaza « où le combat entre anti-balaka et Fulani armés se poursuit, y compris sur les sites miniers ».

Commerce licite et illicite de diamants

En septembre 2016, le Processus de Kimberley (PK) a déclaré que les sous-préfectures de Boda, Carnot et Nola étaient des zones conformes pour l’exportation de diamants. Le PK considérait qu'il y avait une présence suffisante de l'autorité de l'État, la libre circulation des personnes et des marchandises et que les groupes armés n’étaient pas systématiquement présents. Depuis la levée partielle de la suspension des exportations de diamants, trois colis ont été exportés, pour des diamants originaires des sites miniers localisés dans la sous-préfecture de Berberati, qui a été la première zone déclarée conforme en mars 2016.

Dans le même temps, le commerce illicite de diamants s’est poursuivi. Le Cameroun demeure le principal centre de commerce de diamants pour les diamants illicites des régions de l’ouest de la RCA. Dans les régions contrôlées par des groupes armés à l'est, comme par exemple à Bria, pratiquement aucune pierre n'atteint officiellement les entreprises exportatrices basées à Bangui. Pourtant, de nombreux collecteurs sont enregistrés et se revendent des diamants entre eux, de sorte que ce commerce puisse paraître légitime mais pendant ce temps, l’essentiel des lots est commercialisé illégalement à l’étranger. Le Panel recommande que les licences soient retirées puisque cette pratique va à l'encontre du code minier.

L’exploration de pétrole

Dans son rapport à mi-parcours de 2016, le Panel révélait la signature d’un accord financier entre une société appelée FIT Protection (FIT-P) et le groupe armé MPC. La société FIT-P a recruté des agents de sécurité des factions de la Séléka pour protéger les investissements et l'exploration pétrolière menée par la société chinoise PTIAL International Petroleum.

Ruben De Koning a déclaré que « FIT-P a engagé des chefs du FPRC, qui font toujours partie de la rébellion, et les salaires de gardiens versés ont été récupérés par ces chefs ». Il affirme aussi que « bien que le président Touadera a remis en cause ces accords de sécurité dans les médias, dans les faits, le Ministre de la Défense n’a toujours pas révoqué l’autorisation de port d’armes donnée aux éléments recrutés par la compagnie FIT P et qui avait été délivrée en avril de l’année dernière ».

La prédation économique est au cœur du système d'instabilité permanente en Centrafrique. La libre circulation des armes et des munitions a permis toutes sortes de trafics et a alimenté les tensions et la compétition entre les groupes armés. Les chefs des groupes armés peuvent toujours s’enrichir en menant des affaires en toute impunité, qu’il soit physiquement présent sur le territoire ou non. Reconnaître la prédation économique comme une motivation centrale dans la perpétuation de la violence est indispensable pour commencer à répondre aux causes profondes du conflit armé.

  • Cliquez ici pour lire le rapport final du Panel d’Experts
     
  • Cliquez ici pour lire le rapport intermédiaire du Panel d’Experts
     
  • Cliquez ici pour lire le rapport de l’Enough Project “Manège à Bangui : comment le recyclage des élites politiques renforce l’instabilité et la violence en République Centrafricaine”