Grand Theft Global - Prosecuting the War Crime of Natural Resource Pillage in the Democratic Republic of the Congo


From the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) to the Lord’s Resistance Army (LRA) to Al-Shabaab, many of the world’s most infamous and destabilizing armed actors today finance their activities in part through the illegal exploitation and trade of natural resources. Theft in the context of armed conflict constitutes the war crime of pillage, which is punishable in most domestic jurisdictions and at the International Criminal Court (ICC).

Depuis l'État islamique d'Irak et du Levant (ISIL : Islamic State of Irak and the Levant) de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA : Lord’s Resistance Army) jusqu'à  Al-Shabaab, de nombreuses forces armées, les plus infâmes et les plus déstabilisatrices du monde d’aujourd'hui, financent en partie leurs activités grâce au trafic et à l'exploitation illicites des ressources naturelles. Tout vol commis dans le cadre des conflits armés est considéré comme crime de guerre de pillage, lequel est punissable dans la plupart des juridictions nationales ainsi qu’à la Cour Pénale Internationale (CPI).

Executive Summary and Recommendations

From the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) to the Lord’s Resistance Army (LRA) to Al-Shabaab, many of the world’s most infamous and destabilizing armed actors today finance their activities in part through the illegal exploitation and trade of natural resources. Theft in the context of armed conflict constitutes the war crime of pillage, which is punishable in most domestic jurisdictions and at the International Criminal Court (ICC).

Prosecuting armed actors and their facilitators for natural resource pillage can help reduce incomes for perpetrators of atrocities, combat resource exploitation, and end the impunity that enables illegal financial networks to thrive in conflict zones. Furthermore, investigating pillage can strengthen cases addressing violent atrocity crimes like rape and murder by uncovering critical information about command responsibility and criminal intent. Prosecutions are a direct, effective way to help disrupt conflict financing and improve accountability for economic crimes—like trafficking and money laundering—and the atrocities they fuel.

Despite the prevalence of natural resource-driven armed conflict, rarely are individuals and companies held criminally responsible for natural resource theft in war. From the Horn of Africa across the eastern and central regions of the continent, some of the deadliest ongoing conflicts in modern history are fueled in part by stolen natural resources. The Sudanese government draws income from a deadly gold trade in Darfur, the LRA and Séléka militias in the Central African Republic poach elephants for ivory trafficking, and an illicit charcoal trade in Africa’s oldest national park, Virunga, helps fuel one of the region’s most destabilizing rebel forces, the Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR).

The theft of natural resources—primarily minerals—is particularly destabilizing in the Democratic Republic of the Congo. Often mined and transported by civilians under threat of extreme violence, minerals provide lucrative incomes to rebels, factions of the Congolese army, and the businesses with which they work, helping to sustain their violent activities. Professor Gregoire Mpungu at Kinshasa University told Enough, “Most places where minerals are being exploited, rape is also going on.”   In some cases, theft in eastern Congo is highly orchestrated, spanning multiple countries and involving a range of actors. In the Great Lakes region, these networks include indicted war criminals, militias, business people, and government officials. Beyond the war zones, these networks involve corporations, front companies, traffickers, banks, and other actors in the international system that benefit from theft and money laundering.

Policymakers and nongovernmental organizations worldwide are paying increasing attention to combating natural resource-driven conflict in Africa’s Great Lakes region, spurring new efforts to cut off funding to armed groups in Congo. The U.N. and U.S. sanctions regimes for Congo address illegal natural resource exploitation linked to armed groups.  Government agencies in the United States and Africa’s Great Lakes region have introduced new border enforcement programs to curb the illegal trade of wildlife and ivory.  The conflict minerals disclosure requirements of the 2010 U.S. Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act are among several new initiatives aimed at spurring more responsible supply chain management, and a number of companies have taken leading roles in reducing the global demand for untraceable minerals that may help fuel armed violence in Congo. Many of these initiatives have helped reduce income to armed groups, stimulated more formal minerals markets, and increased transparency and accountability related to illegal activities.

Global efforts to address violent conflict associated with Congo’s lucrative natural resources, however, are missing one powerful tool: criminal prosecution for the theft of those resources.  Accountability for war crimes is a critical component of sustainable peace, with the potential to achieve goals that regulation and sanctions schemes cannot. Prosecuting widespread natural resource pillage would combat the impunity that allows these crimes to continue. Prosecutions could undermine the power of key actors who orchestrate criminal networks by physically removing them from crime scenes. Prosecutions invite the participation of victims and witnesses, and prosecutions can result in the seizure of a defendant’s assets in order to provide reparations for victims, helping to restore dignity and cohesion among affected communities. Prosecutions, unlike sanctions or supply chain regulations, create a public record of how crimes are committed. Such records deconstruct and expose how economic incentives interact with and enable atrocities, which is critical for preventing their recurrence.

Research conducted by the Enough Project in eastern Congo and The Hague reveals broad support, especially among affected communities and Congolese human rights defenders, for the prosecution of natural resource pillage. “Economic crimes are part of daily life here,” said one member of the bar in eastern Congo. “Mafia practices find good breeding ground here, and they’re mostly focused on natural resources—minerals and forests.”  A Congolese ex-minister said, “It’s a compelling idea: go after the worst human rights violators for economic crimes.”

The Congolese military justice system, the ICC, and national courts in numerous countries can prosecute the worst suspected perpetrators of this crime—some of whom are already facing trial in The Hague, and some of whom continue to fan the flames of conflict. Many national jurisdictions can also prosecute the individuals and companies that knowingly purchase or otherwise appropriate resources that were illegally acquired during armed conflict.

A number of steps, if begun now, will help advance cases and seed accountability for these crimes. Congo needs to increase the independence and expertise in its military court system and establish specialized mixed chambers to prosecute high-level war crimes cases, including natural resource pillage. The International Criminal Court has a number of cases in its docket addressing crimes that may have been fueled by the theft of natural resources, but the court needs specialized expertise in economic crimes and a comprehensive strategy for investigating the theft of natural resources as it relates to atrocity crimes. National jurisdictions and law enforcement agencies can address individuals and corporate entities further up the international supply chain that support, facilitate, and benefit from theft in Congo’s armed conflict. By building more independent legal structures and expertise in the regions where theft in war occurs, and by encouraging better coordination among international actors with the power to investigate and apprehend individuals and entities implicated in natural resource theft, policymakers and legal practitioners could break new ground toward ending the world’s worst resource-driven violence.


  1. International Criminal Court Chief Prosecutor Fatou Bensouda should revive the court’s financial crimes unit, which was discontinued for lack of effectiveness. With the resource support of the ICC Assembly of State Parties, she should appoint special advisors on financial forensics and natural resource theft, and she should develop a comprehensive approach to investigating and prosecuting widespread pillage. In particular, her office should expand investigations in Congo, the Central African Republic, and Sudan to cover natural resource pillage, especially theft of minerals and ivory. Congolese authorities and the U.N. peacekeeping mission in Congo, MONUSCO, should cooperate in the joint effort to collect evidence, apprehend indictees, and protect witnesses and victims.
  2. U.N. and U.S. Special Envoys to Congo and the region, Said Djinnit and Russ Feingold, and European Union Senior Coordinator for the Great Lakes Koen Vervaeke, should pressure the Congolese government to strengthen protections against political interference and intimidation in the military justice system. Djinnit, Feingold, and Vervaeke should encourage the appointment of high-ranking judges in the east and prevent the unnecessary transfer of cases to different jurisdictions mid-adjudication. Individuals within the military justice system suspected of tampering with or destroying evidence or intimidating witnesses, investigators, or jurists working on pillage cases should be held responsible.
  3. The U.S. Department of State’s Bureau of International Narcotics and Law Enforcement (INL) should support MONUSCO’s justice unit and prosecution support cells as they assist their national counterparts in gathering evidence—physical, documentary and testimonial—on the war crime of natural resource pillage and atrocity crimes.
  4. Djinnit, Feingold, and U.S. Ambassador-At-Large for War Crimes Issues Stephen Rapp should intensify their efforts to support the establishment of specialized mixed chambers in Congo, which could prosecute natural resource pillage and atrocity crimes. Building on the significant support they have shown the proposal thus far, the envoys should continue to encourage Congo’s new justice minister, Alexis Thambwe Mwamba, to present the draft bill of mixed chambers draft bill to the national assembly for approval, while also highlighting the importance of the bill among members of the Congolese national assembly. In the event of the establishment of the mixed chambers, the U.N. Security Council should issue a resolution to enforce the court’s regional jurisdiction and the extraditions of accused individuals in Rwanda and Uganda.
  5. As it conducts its investigations, the U. N. Group of Experts in Congo should investigate financial flows stemming from minerals trafficking with attention to the elements of the war crime of pillage. The Group should submit evidence of pillage to the ICC and any relevant national courts, including those within Congo’s military justice system.
  6. The U.S. Agency for International Development (USAID) and the International Center for Transitional Justice should provide training on investigating and prosecuting the war crime of pillage for investigators, lawyers, and judges in Congo. Ambassador Rapp should encourage the Congolese army to open its military archives to those investigating the war crime of natural resource pillage and other atrocity crimes to improve access to evidence and crucial information related to military command and control.


Read the full report here. (PDF)

Résumé exécutif et recommandations

Depuis l'État islamique d'Irak et du Levant (ISIL : Islamic State of Irak and the Levant) de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA : Lord’s Resistance Army) jusqu'à  Al-Shabaab, de nombreuses forces armées, les plus infâmes et les plus déstabilisatrices du monde d’aujourd'hui, financent en partie leurs activités grâce au trafic et à l'exploitation illicites des ressources naturelles. Tout vol commis dans le cadre des conflits armés est considéré comme crime de guerre de pillage, lequel est punissable dans la plupart des juridictions nationales ainsi qu’à la Cour Pénale Internationale (CPI).

Poursuivre en justice les auteurs et leurs facilitateurs s’adonnant au pillage des ressources naturelles peut aider à réduire les revenus financiers des auteurs d'atrocités, combattre l'exploitation illicite des ressources naturelles et mettre fin à l'impunité permettant aux réseaux financiers illégaux de prospérer dans les zones de conflits. De plus, enquêter sur le pillage peut renforcer les cas luttant contre des crimes de violence et d’atrocité, tel que le viol et le meurtre, en découvrant des informations cruciales sur la responsabilité hiérarchique et l’intention criminelle. Les poursuites judicaires sont un moyen direct, efficace d’empêcher tout financement de conflit et d’accroitre la responsabilité des crimes économiques — tels que le trafic illicite et le blanchiment d'argent — ainsi que les atrocités qu'ils alimentent.

Malgré la fréquence des conflits liés aux ressources naturelles, il est rare que certains individus et entreprises soient considérés pénalement responsables pour le vol des ressources naturelles pendant la guerre. Depuis la Corne de l'Afrique à travers les régions de l’Est et du Centre du continent, certains conflits actuels les plus meurtriers de l'histoire moderne sont alimentés en partie par le vol des ressources naturelles. Le gouvernement soudanais obtient un revenu financier issue du commerce illicite et destructeur de l'or au Darfour, du braconnage des éléphants pour leur ivoire en République Centrafricaine perpétré par les milices Seleka et la LRA et du commerce illégal de charbon de bois dans l’un des plus anciens parcs nationaux d’Afrique, Virunga, permettant ainsi de soutenir une des plus déstabilisantes forces rebelles de la région, les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR).

Le vol des ressources naturelles — essentiellement l’exploitation minière  — a un effet spécialement déstabilisateur en République Démocratique du Congo. Souvent extraite et transportée par des civils sous la menace de violence extrême, l’exploitation minière fournit des revenus lucratifs aux rebelles, aux services de surveillances de l'armée congolaise et les entreprises avec lesquelles ils travaillent, aidant à maintenir leurs actes de violence. Le professeur Grégoire Mpungu de l'Université de Kinshasa a assez dit, « dans la plupart des lieux où les minéraux sont exploités, le viol est également commis». Dans certains cas, le vol dans l'est du Congo est hautement orchestré, s'étendant sur plusieurs pays et impliquant divers intervenants. Dans la région des Grands Lacs, ces réseaux comprennent des criminels de guerre inculpés, des milices, des hommes d'affaires ainsi que des représentants du gouvernement. Au-delà des zones de guerre, ces réseaux impliquent de grandes multinationales, des sociétés fictives, des trafiquants, des banques ainsi que d’autres intervenants dans le système international qui bénéficient du vol et du blanchiment d'argent.

Les dirigeants politiques et les organisations non gouvernementales du monde entier accordent une attention croissante à la lutte contre les conflits liés aux ressources naturelles dans la région des Grands Lacs en Afrique, suscitant de nouveaux efforts pour supprimer tout financement aux groupes armés du Congo. Les régimes de sanctions de l’ONU et des Etats-Unis appliqués au Congo traitent de l'exploitation illégale des ressources naturelles ayant des liens avec des groupes armés. Des organismes gouvernementaux aux États-Unis et dans la région des Grands Lacs en Afrique ont introduit de nouveaux programmes de contrôle des frontières pour réduire le commerce illégal des espèces sauvages et de l’Ivoire.

Les obligations de divulgation de l’exploitation minière, d’après la Loi Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act promulguée aux États-Unis en juillet 2010, sont parmi plusieurs nouvelles initiatives visant à stimuler la gestion d’une chaîne d'approvisionnement plus responsable, et un certain nombre d'entreprises ont joué des rôles prépondérants en réduisant la demande mondiale des minéraux indétectables susceptibles d’alimenter la violence armée au Congo. Plusieurs de ces initiatives ont contribué à réduire le revenu de groupes armés, stimulé plusieurs marchés officiels de minéraux et augmenté la transparence et la responsabilité des activités illégales.

Il manque cependant un outil particulièrement puissant aux efforts entrepris au niveau mondial pour remédier aux actes de violence associés avec les ressources naturelles lucratives du Congo : des sanctions pénales pour le vol de ces ressources. La responsabilité pénale en cas de crimes de guerre est un élément essentiel pour une paix durable, avec le potentiel d'atteindre des objectifs dont les régimes de réglementation et de sanctions ne peuvent atteindre. Poursuivre en justice le pillage répandu des ressources naturelles mettrait fin à l’impunité qui permet à ces crimes de se perpétuer. Des poursuites pourraient affaiblir le pouvoir des acteurs clés qui organisent des réseaux criminels en les retirant physiquement des lieux du crime. Des poursuites engagées invitent la participation des victimes et des témoins, et des poursuites peuvent entrainer la saisie des biens du défendeur afin d'assurer la réparation des torts causés aux victimes, en aidant à rétablir la dignité et la cohésion parmi les communautés concernées. Des poursuites, contrairement à des sanctions ou à des règlementations de la chaîne d'approvisionnement, créent un dossier dans les archives publiques montrant comment les crimes ont été commis. De tels registres démantèlent et exposent la manière dont les incitatifs économiques interagissent et permettent des atrocités, ce qui est essentiel pour empêcher qu’elles ne se reproduisent.

Des recherches,  menées par l’organisation Enough Project dans l'est du Congo et à la Haye, révèlent un large soutien, particulièrement parmi les communautés affectées et les défenseurs des droits de l'homme congolais, en faveur de la poursuite en justice du pillage des ressources naturelles. « Les délits économiques font partie du quotidien ici, » a déclaré un membre du Barreau de l'est du Congo. « Les pratiques mafieuses trouvent un terrain d’expansion favorable ici, et sont principalement axées sur les ressources naturelles — les ressources minérales et forestières. » Un ancien ministre congolais a dit: "c'est une idée convaincante : s’attaquer aux auteurs des pires violations des droits humains pour les crimes économiques. »

Le système de justice militaire congolaise, l'ICC ainsi que les tribunaux nationaux de nombreux pays peuvent poursuivre les auteurs soupçonnés d’avoir commis ce grave crime — dont certains sont déjà en instance de procès à la Haye, et d’autres continuent à attiser le conflit. De nombreuses juridictions nationales peuvent également poursuivre les individus et les entreprises qui achètent sciemment ou s’approprient des ressources qui ont été illégalement acquises au cours de conflits armés.

Si un certain nombre d'étapes sont engagées maintenant, elles permettront de faire avancer des cas et de mettre en évidence la responsabilité des auteurs de ses crimes pour qu’ils rendent des comptes. Le Congo devrait accroître l'indépendance et les compétences de son système de tribunal militaire et mettre en place des chambres spécialisées mixtes chargées de poursuivre des affaires de crimes de guerre de haut niveau, notamment le pillage des ressources naturelles. La Cour Pénale Internationale possède un certain nombre de cas dans son registre de lutte criminelle qui pourraient avoir été subventionnés par le vol des ressources naturelles, mais la Cour a besoin d'une expertise dans le domaine de la justice économique ainsi qu’une stratégie globale pour enquêter sur le vol des ressources naturelles dans le cas des crimes d’atrocité. Les instances nationales et les organismes d’application des lois peuvent s’adresser aux personnes physiques et morales en amont dans la chaîne internationale d’approvisionnement qui financent, soutiennent et profitent des vols commis durant les conflits armés au Congo. En mettant en place des structures juridiques ainsi qu’une expertise plus indépendantes dans les régions de guerre où le vol a lieu et en encourageant une meilleure coordination entre les partenaires internationaux doté du pouvoir d'enquêter et d'appréhender les personnes et entités impliquées dans le vol des ressources naturelles, les dirigeants politiques et les praticiens du droit pourraient ouvrir de nouveaux horizons afin de mettre fin à la violence axée sur les ressources la pire au monde.


  1. Le procureur de la Cour Pénale Internationale Fatou Bensouda devrait relancer la division chargée des crimes financiers de la Cour, qui avait été interrompue par manque d'efficacité. Avec le soutien des ressources de l'Assemblée des États Parties de la CPI, elle devrait nommer des conseillers spécialisés sur la criminologie financière et le vol des ressources naturelles, et elle devrait concevoir une approche globale pour enquêter et traduire en justice le pillage généralisé. Son Bureau devrait notamment étendre des enquêtes au Congo, en République Centrafricaine et au Soudan pour enquérir sur le pillage des ressources naturelles, particulièrement le vol des minéraux et de l'ivoire. Les autorités congolaises et la mission de maintien de la paix de l’ONU au Congo, la MONUSCO, devraient coopérer dans le cadre d’un effort commun pour recueillir des preuves, appréhender les accusés et protéger les témoins et les victimes.
  2. Les envoyés spéciaux de l’ONU et des Etats-Unis au Congo et dans la région, Said Djinnit et Russ Feingold et le représentant spécial de l'Union européenne auprès de l'Union africaine Koen Vervaeke, devraient exercer des pressions sur le gouvernement congolais afin de renforcer la protection contre l'ingérence politique et contre l'intimidation dans le système de justice militaire. Djinnit, Feingold et Vervaeke devraient inciter la nomination de juges de haut rang dans l'est et éviter le transfert inutile de cas vers des locations différentes. Les individus au sein du système justicière militaire soupçonnés de falsification, de dissimulation ou de destruction d’éléments de preuves ou d'intimidation des témoins, des enquêteurs ou des juristes travaillant sur des cas de pillage devraient être tenus pour responsables.
  3. Bureau des Affaires Internationales de Stupéfiants et d'Application de la Loi (INL) des Etats Unies devrait soutenir la branche judiciaire de la MONUSCO étant donné qu’il aide ses homologues nationaux a recueillir des éléments de preuve — matériels, documentaires et testimoniaux — sur le crime de guerre lié au pillage des ressources naturelles et des crimes d’atrocité.
  4. Djinnit, Feingold et M. Stephen J. Rapp, Ambassadeur américain itinérant chargé des questions liées aux crimes de guerre, doivent intensifier leurs efforts pour soutenir la création de chambres mixtes spécialisées au Congo, lesquelles pourraient poursuivre en justices les crimes d'atrocité et de pillage des ressources naturelles. A partir du soutien qu’ils ont jusqu'à présent exprimé, les envoyés spéciaux devraient continuer à encourager le nouveau ministre de la justice de la République Démocratique du Congo, Alexis Thambwe Mwamba, de présenter l’avant projet de loi des chambres mixtes à l'Assemblée nationale pour approbation, tout en soulignant également l'importance du projet de loi entre les membres de l'Assemblée nationale congolaise. En cas d’implantation des chambres mixtes, le Conseil de sécurité de l’ONU devrait adopter une résolution pour mettre en application la juridiction régionale ainsi que les demandes d'extradition des personnes accusées au Rwanda et en Ouganda.
  5. Au moment où il mène ses enquêtes, le groupe d'Experts de l’ONU au Congo devrait enquêter sur les flux financiers issus du commerce illicite des minéraux en accordant une attention particulière aux éléments de crime de guerre liés au pillage. Le groupe devrait fournir des preuves de pillage à la Cour Pénal Internationale (CPI) et à toutes instances nationales compétentes, y compris celles au sein du système de justice militaire congolaise.
  6. l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et le Centre international pour la justice transitionnelle (ICTJ) devraient fournir une formation sur les enquêtes et les poursuites judiciaires relatives au pillage en tant que crime de guerre accessible aux enquêteurs, avocats et juges du Congo. L'Ambassadeur Rapp devrait inciter l'armée congolaise à ouvrir ses archives militaires à tous ceux enquêtant sur les crimes de guerre tel que le pillage des ressources naturelles et autres crimes d'atrocité, afin d’améliorer l'accès aux éléments de preuves et d’informations cruciales liées au commandement et au contrôle militaire.


PDF rapport (version Anglais)