Central African Republic

Le Monde Tribune: Et si on arrêtait de recompenser les chefs des groupes armés en Centrafrique ?

« Nous avons évité des massacres de masse, permis un processus de réconciliation intercommunautaire, la reconstitution de l’Etat centrafricain (…) », déclarait le ministre français de la défense, Jean-Yves le Drian en annonçant le succès et la fin de l’opération militaire française, Sangaris, en République Centrafricaine. C’était en octobre dernier et avec ce retrait, l’opération a emporté avec elle l’attention internationale, replongeant la Centrafrique dans l’abime de l’oubli.  Read More »

New Brief - Dangerous Divisions: The Central African Republic faces the threat of secession

Today, the Enough Project published “Dangerous Divisions: The Central African Republic faces the threat of secession,” in which author Nathalia Dukhan documents how the Central African Republic (CAR) is currently undergoing a process of de facto partition.  Read More »

Central African Republic Facing Threat of Partition

Date: 
Feb 15, 2017

 

Pour la version francaise, voir ci-dessous

Leaders of the Séléka and other armed groups, seeking political and economic spoils of power, stoke sectarian violence, threaten to break apart country

A new policy brief published today by the Enough Project concludes that leaders of armed groups in the Central African Republic (CAR) are deliberately stoking sectarian violence and threats of a national break-up in an attempt to further personal and corrupt self- interests.

The report, “Dangerous Divisions: The Central African Republic faces the threat of secession,” highlights the immediate danger of partition, and recommends urgent steps to halt rising tensions, renewed armed conflict, and intercommunal divisions.

Nathalia Dukhanauthor of the brief and researcher at the Enough Project, said: “Far from the headlines, the people in the Central African Republic are again living through horror, as the leaders of factions of the Séléka and other armed groups deliberately stoke sectarian violence, including the perpetration of mass atrocities. Intercommunal tensions have been orchestrated by these militia leaders in order to legitimize self-serving calls for the segregation of communities that, while diverse, have historically lived in peaceful co-habitation.”

Brad Brooks-Rubin, Director of Policy at the Enough Project, said: “With the international community focused elsewhere, or resigned to believe that the current government is capable of solving the country's crisis, we see the Central African Republic veering toward increased communal violence and division.”

The analysis, based on extensive interviews and research in CAR, finds leaders of armed groups, mainly four factions of the Séléka, are orchestrating acts of violence along ethnic and religious lines in order to strengthen their negotiating positions in a battle for the spoils of power in that country. The report depicts a dangerous reinforcing cycle, in which widespread violence drives threatened civilians to seek the protection of these armed leaders. Those armed group leaders consequently exploit those demands for protection in calling for the separation of groups along those same ethnic and religious lines.

Dukhan adds: “The international community must take urgent action to help turn off the spigot of political and economic rewards for corrupt commanders of political-military movements who are currently incentivized to pursue their divisive and destabilizing activities.”

Brooks-Rubin adds: “Our analysis demonstrates that the situation is dire and requires engagement that focuses on accountability and pressures that can meaningfully impact those who are now motivated to pursue conflict to achieve their goals. In order for the billions of dollars recently committed to the Central African Republic to deliver what donors expect, real attention must be paid to these root causes and the measures that can help address them.”

Recommendations for the international community and the CAR government:

  • Expand and strengthen the implementation of financial pressures, including sanctions, that target the interests and vulnerabilities of the armed groups as well as the businesses that support them, whether through targeted asset freezes or measures that inhibit investment in ventures benefitting armed groups.
     
  • Seek accountability for those who are most responsible for the atrocities and economic crimes, while implementing a process of disarmament that ultimately aims to reintegrate the combatants and the communities in a fair and equitable way.
     
  • Stop enabling the legitimacy of armed groups that use violence, particularly against civilians, to seize power and/or wealth, and recognize that the system of violence does not necessarily reflect the aspirations of the combatants or of the populations who live in the areas controlled by armed groups.
     
  • Support initiatives that restore social cohesion, foster economic interdependence, and help communities heal.
     
  • Develop inclusive policies, particularly for Muslims, and address the urgent need to decentralize power as well as promote local democracy and local development.

Link to full report: http://eno.ug/2knOjX1

Link to the report in French: http://eno.ug/2kKdwXF 

Read more on the U.N. Panel of Experts recent findings on CAR:

For media inquiries or interview requests, please contact: Greg Hittelman, Director of Communications, +1 310 717 0606gh@enoughproject.org.

About THE ENOUGH PROJECT

The Enough Project, an atrocity prevention policy group, seeks to build leverage for peace and justice in Africa by helping to create real consequences for the perpetrators and facilitators of genocide and other mass atrocities. Enough aims to counter rights-abusing armed groups and violent kleptocratic regimes that are fueled by grand corruption, transnational crime and terror, and the pillaging and trafficking of minerals, ivory, diamonds, and other natural resources. Enough conducts field research in conflict zones, develops and advocates for policy recommendations, supports social movements in affected countries, and mobilizes public campaigns. Learn more – and join us – at www.EnoughProject.org

--------------------------

La Républiques Centrafricaine face à des menaces de partition

Les leaders de la Séléka et d’autres groupes armés, motivés par l’obtention d’avantages politiques et économiques, instrumentalisent les violences sectaires et menacent de diviser la Centrafrique.

Un nouvel article publié aujourd’hui par l’Enough Project révèle que les leaders des groupes armés en République Centrafricaine instrumentalisent les violences sectaires et menacent l’unité nationale pour des intérêts politiques et financiers personnels.

L’article, “Territoire Morcelé, Communautés Divisées : La République Centrafricaine face à des menaces sécessionnistes” met en lumière un danger immédiat de partition du pays et recommande des mesures urgentes pour mettre fin à l’escalade des violences, aux luttes armées et aux divisions intercommunautaires.

Nathalia Dukhan, l’auteur de l’article et chercheur à l’Enough Project, affirme que : “Loin de l’attention médiatique, les citoyens de la République Centrafricaine vivent de nouveau l’horreur. Depuis la fin de l’année 2016, les luttes fratricides entre groupes armés entrainent des massacres de grande ampleur. Ces chefs de guerre n’hésitent pas à alimenter les violences sectaires pour défendre des intérêts politiques et économiques particuliers. La partition de facto de la Centrafrique est aujourd’hui justifiée par les tensions inter-ethniques et devant le statut quo de la communauté internationale, une branche de la coalition Séléka en vient même à brandir des menaces sécessionnistes.

Brad Brooks-Rubin, directeur des campagnes de l’Enough Project, affirme que : “Avec l’attention de la communauté internationale focalisée ailleurs, ou résignée à croire que le gouvernement actuel est en mesure de résoudre la crise du pays, nous observons pourtant une recrudescence des violences et des divisions intercommunautaires en République Centrafricaine.”

L’analyse, basée sur des entretiens et une recherche réalisés en Centrafrique, révèle que les leaders des groupes armés, particulièrement les quatre factions issues de la coalition Séléka, instrumentalisent des actes de violence sur base ethnique et religieuse pour renforcer leurs positions de négociations dans une quête du pouvoir. Le rapport décrit une dynamique dangereuse dans laquelle les violences généralisées amènent les civils, exposés à des menaces, à rechercher la protection des leaders des groupes armés. Par conséquent, les leaders de groupes armés exploitent ce besoin de protection en justifiant une nécessaire séparation avec les autres groupes sur base ethnique et religieuse.

Dukhan poursuit : “La communauté internationale doit réagir et prendre des mesures urgentes qui viseraient à mettre fin à la croyance générale qu’être commandant d’un mouvement politico-militaire garantit des récompenses, des postes politiques prestigieux et l’enrichissement individuel”.

Brooks-Rubin poursuit : “Notre analyse démontre que la situation est grave et elle requiert un engagement significatif en faveur de plus de responsabilité ainsi que des mécanismes de pression qui peuvent avoir un impact significatif sur ceux qui perpétuent l’instabilité pour défendre des intérêts privés. Afin que les milliards promis à la Centrafrique par la communauté des bailleurs de fonds permettent d’aider à atteindre les objectifs souhaités, il est nécessaire d’accorder une attention véritable aux causes profondes du conflit et de mettre en œuvre des mesures qui pourraient permettre d’apporter des solutions durables.”

Recommandations à la communauté internationale et au gouvernement de RCA :

  • Etendre davantage et renforcer la mise en œuvre effective d’instruments financiers, y compris les sanctions, qui visent les intérêts et la vulnérabilité des groupes armés ainsi que les compagnies qui les soutiennent, que ce soit par le gel des avoirs ciblés ou par des mesures qui empêchent les investissements soutenant les groupes armés.
     
  • Amener les responsables des atrocités et des crimes économiques devant la justice, tout en mettant en œuvre un processus de désarmement qui vise à réintégrer les combattants et les communautés de manière juste et équitable.
     
  • Cesser d’encourager ou permettre une légitimité quelconque des leaders des groupes armés qui utilisent la violence, en particulier contre les civils, pour s'emparer du pouvoir et / ou des richesses nationales et reconnaître que le système de violence ne reflète pas nécessairement les aspirations des combattants ou des populations qui vivent dans les zones contrôlées par les groupes armés.
     
  • Soutenir les initiatives œuvrant en faveur de la cohésion sociale, d’une interdépendance économique accrue des communautés, en vue de faciliter une réconciliation.
     
  • Développer des politiques inclusives, notamment en intégrant les ethnies de confession musulmane et répondre à la nécessité urgente de décentraliser le pouvoir, de promouvoir la démocratie locale et le développement local.

Lien du rapport complet: http://eno.ug/2kKdwXF

Lien du rapport en anglais: http://eno.ug/2knOjX1

Pour en savoir plus sur les récentes enquêtes du Panel d’Experts sur la RCA :

Pour toute requête médias ou demande d’entretien, veuillez contacter : Greg Hittelman, directeur de la Communication, +1 310 717 0606gh@enoughproject.org.

À propos de ENOUGH PROJECT

Organisme de promotion des politiques de prévention des atrocités, Enough Project cherche à mobiliser les efforts en faveur de la paix et de la justice en Afrique en s’efforçant d’appliquer des sanctions contre les auteurs et les complices de génocides et d’autres atrocités de masse. Enough lutte contre les régimes kleptocrates violents et les groupes armés portant atteinte aux droits, alimentés par la grande corruption, la criminalité et la terreur à l’échelle internationale, ainsi que le pillage et le trafic de minéraux, d’ivoire, de diamants et d’autres ressources naturelles. Enough mène des enquêtes de terrain dans les zones de conflits, élabore des recommandations politiques en faveur desquelles il plaide, soutient des mouvements sociaux dans les pays touchés par des conflits et organise des campagnes publiques. Pour en savoir plus et nous rejoindre, rendez-vous sur www.EnoughProject.org.

Dangerous Divisions: The Central African Republic faces the threat of secession

The Central African Republic (CAR), a country that has seen more than four years of deep political crisis and unprecedented violence against civilians, is undergoing a process of de facto partition. In February 2014, then-U.N. Secretary-General Ban Ki-moon warned the international community that CAR was at risk of splitting apart, stating that, “[T]he situation continues to worsen. Both Muslims and Christians have been murdered and forced to flee their homes. The sectarian brutality is changing the country’s demography. The de facto partition of the CAR is a distinct risk.” Despite his warning, CAR did not escape this fate. In 2017, more than 14 armed groups compete for the control of the territory and its natural resource wealth. 

UN Report Confirms Prevalence of War Economy in Central African Republic

MINUSCA peacekeepers in PK5, Bangui. May 2015.

In its final report for 2016 released in December, the U.N. Security Council’s Panel of Experts on the Central African Republic (CAR) confirmed that the trafficking of arms and natural resources continues to be central in the perpetuation of violence in the country.  Read More »

UN Report Reaffirms Alarming Security Situation in Central African Republic

Seized ammunition of ex-Séléka rebels in Bria. February 2015.

The U.N. Security Council’s Panel of Experts on the Central African Republic (CAR) released its final report for 2016 in December. The 186-page report documents a sharp deterioration in the security situation and a deepening crisis in CAR since August 2016. The country continues to be ruled by a multitude of criminal gangs that fiercely compete for control of economic resources.  Read More »

EU Hosts Brussels Donor Conference on Central African Republic

Date: 
Nov 16, 2016

 

As international community gathers this Thursday, Enough Project urges donors to prioritize fight against illicit financial flows and ending impunity for those who perpetuate violence and steal country’s wealth

Washington, DC: Tomorrow, the European Union in partnership with the Government of the Central African Republic (CAR) will host the Brussels Conference. At the Conference, representatives of the international community will meet to discuss how donors can provide support to CAR and the government of President Faustin Archange Touadéra. 

Enough Project experts are available for comment and analysis.

Brad Brooks-Rubin, Director of Policy at the Enough Project, said: “The Brussels donor conference has an opportunity to change the dynamics of conflict and corruption in CAR, or to perpetuate the status quo while providing humanitarian relief. This is the fifth donor conference in ten years. In order for this effort to be different and achieve lasting results, the international community must balance its attention to the immediate needs of the people with the long-term goals of enabling good governance, rooting out corruption, and eliminating the incentives for armed groups to continue fighting instead of pursuing peace.”

Holly Dranginis, Senior Policy Analyst at the Enough Project, said: “Among many daunting priorities to discuss in Brussels, donors must elevate accountability for serious crimes. Plans for a Special Criminal Court are emerging as a bright spot in CAR's justice landscape. This is an area where international support is sorely needed to support the demands of civil society, who want and deserve to see prosecutions for gross human rights violations and financial crimes like trafficking and money-laundering. The discussions in Brussels, if bold and pragmatic, could lead to new justice models for the entire region.”

Sasha Lezhnev, Associate Director of Policy at the Enough Project, said: " In CAR, the system of violent kleptocracy has been at the heart of a state of permanent war. In this system, competing networks of actors within the government and armed groups, enabled by foreign powers and the business community, are engaged in armed conflict and corruption to protect personal interests. Breaking with a long history of violence means that the international community must change its strategy by ending rampant impunity and fighting against illicit financial flows.”

Read Brooks-Rubin’s op-ed on the conference, published this week in Jeune Afriqueop-ed in French and English translation.

For media inquiries or interview requests, please contact:
Greg Hittelman, Director of Communications, +1 310 717 0606gh@enoughproject.org.

About THE ENOUGH PROJECT
The Enough Project, an atrocity prevention policy group, seeks to build leverage for peace and justice in Africa by helping to create real consequences for the perpetrators and facilitators of genocide and other mass atrocities. Enough aims to counter rights-abusing armed groups and violent kleptocratic regimes that are fueled by grand corruption, transnational crime and terror, and the pillaging and trafficking of minerals, ivory, diamonds, and other natural resources. Enough conducts field research in conflict zones, develops and advocates for policy recommendations, supports social movements in affected countries, and mobilizes public campaigns. Learn more – and join us – at www.EnoughProject.org.

UN Investigative Report Alleges that an Oil Company Finances Criminal Enterprise in the Central African Republic

The UN Panel of Experts on the Central African Republic (the Panel) presented evidence in their recent investigative report of a financial deal between a company called FIT Protection (FIT-P) and an armed group, an ex-Séléka faction known as the Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC) founded in 2014 by Mahamed Bahar, former intelligence chief during the Seleka regime, and Alkatim Mahamat, a notorious Chadian warlord.  Read More »

New UN investigative report reveals failures to tackle the root causes of conflict in CAR

The midterm report published last week by the UN Panel of Experts on the Central African Republic (CAR) reveals that the security situation throughout CAR remains concerning. Despite noticeable security improvements following the electoral process in early 2016, an upsurge in violence starting from June 2016 in the capital, Bangui, and in rural areas indicate that the root causes of violence persist.  Read More »

Un nouveau rapport dénonce le système destructeur et criminel mis en place par les élites au pouvoir en République centrafricaine

Date: 
Aug 3, 2016

Un nouveau rapport intitulé « The Bangui Carousel: How the recycling of political elites reinforces instability and violence in the Central African Republic » (Tours de manège à Bangui : Comment le recyclage des élites politiques aggrave l’instabilité et la violence en République centrafricaine) publié par Enough Project, révèle comment un groupe restreint d’individus se succède aux plus hautes fonctions de l’État centrafricain, dans une spirale de corruption qui nuit à la gouvernance et alimente l’instabilité et les conflits armés.

Christopher Day, coauteur du rapport et membre non résident d’Enough Project, déclare : « La nature même du système politique mis en place par l’élite centrafricaine est au cœur de la crise que traverse actuellement le pays, dont une large part est encore contrôlée par des groupes armés et où de nombreux civils voient leur vie bouleversée par la violence et les déplacements. Ils doivent avoir la possibilité de repenser et de réformer le système politique qui les a exclus pendant si longtemps. »

Le rapport expose les raisons des violences persistantes qu’a connues la République centrafricaine pendant plusieurs décennies et propose d’importantes recommandations en vue de répondre aux enjeux liés à la fragilité institutionnelle, la corruption généralisée et l’exclusion politique, et donc de favoriser la stabilité et la paix. Selon le rapport, plus de 2 millions de personnes, soit la moitié de la population centrafricaine, souffrent de la faim, et près de 415 000 personnes sont toujours déplacées.

Brad Brooks-Rubin, directeur des Politiques auprès d’Enough Project, souligne : « Il est temps de mettre un terme au Manège de Bangui. Les élites se succèdent régime après régime, dans le cadre d’un système marqué par des structures de gouvernance faibles leur permettant de mettre leurs fonctions au service de leur intérêt personnel. Le Président Touadéra et la communauté internationale doivent tirer les leçons du passé et mettre en œuvre des réformes garantissant une structure de gouvernance plus transparente et responsable, qui puisse enfin agir pour le bien de tous. »

Nathalia Dukhan, analyste et chercheuse sur la République centrafricaine auprès d’Enough Project, ajoute : « La République centrafricaine se trouve à un tournant historique et les mesures prises par le Président Touadéra auront un impact décisif sur l’avenir du pays. Les régimes politiques qui se sont succédés au cours des dernières décennies ont plongé des millions de Centrafricains dans des conditions de vie déplorables, tout en favorisant l’émergence de groupes rebelles prédateurs. Pour rompre avec le passé, il est crucial que le nouveau gouvernement reconnaisse les conséquences néfastes du syndrome décrit par le Manège de Bangui et plutôt que de promouvoir des auteurs d’atrocités et de crimes économiques à des postes politiques clés, les réformes doivent viser mettre fin au pillage des ressources publiques et à l’impunité de la classe dirigeante. »

Recommandations

1. Mettre en place des institutions solides et indépendantes pour lutter contre la corruption

Le gouvernement doit instaurer un système de gestion financière transparent et responsable. Celui-ci doit comprendre une fonction d’audit général fiable ainsi que l’examen des principaux contrats conclus par les gouvernements successifs (passés et actuel), et donner à l’administration fiscale les moyens de garantir le respect des mesures de perception de l’impôt. Le nouveau gouvernement doit également créer des organismes de lutte contre la corruption et obliger les hauts fonctionnaires à déclarer leur patrimoine à leur nomination, puis tous les ans.

2. Améliorer la transparence concernant l’exploitation des ressources naturelles (recettes, sous-traitance et dépenses) pour lutter contre la corruption

Les États-Unis et les autres donateurs doivent inciter le gouvernement de la RCA à mettre en place des mécanismes visant à lutter contre la corruption aux plus hauts niveaux, mais aussi fournir une assistance technique pour faciliter leur mise en œuvre. Ces mécanismes doivent inclure : 1) une procédure d’appel à la concurrence transparente pour l’octroi des concessions d’exploitation des ressources naturelles ; 2) la publication annuelle du budget de l’État ; et 3) l’obligation de rendre publics les contrats d’exploitation des ressources naturelles.

3. Imposer des sanctions ciblées et renforcer leur application à l’encontre des personnes qui compromettent la paix

Le Conseil de sécurité des Nations Unies, les États-Unis et l’Union européenne doivent imposer des sanctions supplémentaires aux personnes et aux entreprises qui tentent de compromettre la stabilité et la transition vers une bonne gouvernance par des faits de violence armée ou en facilitant la corruption publique.

4. Veiller à ce que la reprise du processus de Kimberley bloque le trafic des diamants de conflit

Selon la façon dont elle est gérée, la reprise du Processus de Kimberley pour le commerce des diamants bruts est susceptible de donner au gouvernement des sources de revenus légitimes ou, à l’inverse, de permettre aux groupes armés de profiter à nouveau du trafic des diamants de conflit.

5. Relancer le processus ITIE pour rendre les revenus tirés des ressources naturelles plus transparents.

Si elle est mise en œuvre dans son intégralité, l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) pourra permettre d’éviter et de réduire la corruption dans le commerce des ressources naturelles, en rendant les transactions transparentes.

6. Renforcer le système judiciaire et promouvoir les activités de la Cour pénale spéciale

Les donateurs internationaux (tels que les États-Unis, l’Union européenne et la Banque mondiale) doivent accroître les financements afin de reconstruire le système judiciaire de la RCA, actuellement inefficace. Il s’agit, en particulier, de s’assurer que la Cour pénale spéciale dispose des fonds, de l’expertise internationale et de l’indépendance nécessaires pour agir et poursuivre les responsables de violations des droits de l’homme.

7. Aider à renforcer les capacités et la protection de la société civile et des médias

La société civile et la presse jouent un rôle essentiel dans la surveillance et, à terme, l’affaiblissement du Manège de Bangui. Elles s’assurent également que les membres du gouvernement cherchent à servir le peuple plutôt que leurs intérêts personnels. Le nouveau gouvernement de la RCA est invité à s’inscrire au programme de Partenariat mondial pour la responsabilité sociale (GPSA) de la Banque mondiale, dans le cadre duquel il pourra renforcer les capacités de la société civile centrafricaine.

8. Réformer le processus de nomination du gouvernement

Si les cas de favoritisme politique lors des nominations au gouvernement ne sont pas rares, cette pratique est poussée à l’extrême en RCA. Pour pallier ce déséquilibre, le gouvernement de la RCA doit élaborer et intégrer des critères basés sur le mérite pour la nomination des ministres et des responsables politiques.

Lien vers le rapport complet : http://eno.ug/2aprjwJ
La synthèse en Françaishttp://eno.ug/2b3cX7b

Pour toute requête de la part des médias ou demande d’entretien, veuillez contacter : Greg Hittelman, directeur de la Communication, +1 310 717 0606gh@enoughproject.org.

À propos de ENOUGH PROJECT

Organisme de promotion des politiques de prévention des atrocités, Enough Project cherche à mobiliser les efforts en faveur de la paix et de la justice en Afrique en s’efforçant d’appliquer des sanctions contre les auteurs et les complices de génocides et d’autres atrocités de masse. Enough lutte contre les régimes kleptocrates violents et les groupes armés portant atteinte aux droits, alimentés par la grande corruption, la criminalité et la terreur à l’échelle internationale, ainsi que le pillage et le trafic de minéraux, d’ivoire, de diamants et d’autres ressources naturelles. Enough mène des enquêtes de terrain dans les zones de conflits, élabore des recommandations politiques en faveur desquelles il plaide, soutient des mouvements sociaux dans les pays touchés par des conflits et organise des campagnes publiques. Pour en savoir plus et nous rejoindre, rendez-vous sur www.EnoughProject.org.

Syndicate content